Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/03/2013

MATINS D'AUTOMNE

La brume fait nos tristesses.

L'heure d'hiver vient de sonner.

Les arbres vont être dépouillés.

Leurs feuilles en feront des prouesses....

 

Mon Amour, vois-tu les châtaignes ?

Elles veulent nous conter leur histoire....

Les rumeurs devront changer de trottoir !

Elles ignorent que des coeurs saignent....

 

Les matins d'automne seront souvenirs.

La Terre n'encouragera aucune adversité.

Et les oiseaux chanteront ainsi leur liberté.

Mon bel Amour, gourmand sera notre avenir....

 

La brume finira bien par se dissiper.

Nos coeurs ont appris le froid des hivers,

Ces hivers de notre vie sont des prières.

Jamais le ciel ne pourra les oublier....

 

Les nuages nous offrent leur tendresse.

Nous en aurons besoin pour nous évader....

Comme il est doux de se laisser dorloter.

L'Amour se vivra toujours dans l'allégresse....

 

Ces nuages ne sont que messages.

Le pétrole en a fait souffrir des hommes.

Jadis le charbon savait séduire les automnes.

Dire le contraire serait un outrage....

 

La brume ne comprend pas nos tristesses.

Mon tendre Amour, viens vite te réchauffer !

Je garde en mémoire la saveur de nos baisers.

Observons le soleil : il nous montrera sa noblesse....

 

Jacques 

Lundi 01 Novembre 2010

 

TORRENT DE BAISERS

L'Amour est un champ qui se laboure.

Nos coeurs étaient deux terres en jachère.

Depuis, notre bonheur ne veut plus se taire.

Fais confiance à notre histoire, mon Amour....

 

Les mots d'Amour charment les violons.

Pour l'heure, je ne cherche qu'à m'évader.

Je t'attends et je t'offre un torrent de baisers.

Les musiciens en composeront une chanson....

 

Combien la neige fait parler d'elle.

J'ai cru voir la lune nous embrasser.

Et dire que certains voulaient l'exploiter.

Tous les jours, nous remercions le ciel....

 

Je ne vivrai toujours qu'à travers toi. 

Toi, l'homme qui fait vibrer mon coeur.

Je sais que te fatiguent ces jours de labeur.

Mon bel Amour, je veux me blottir dans tes bras....

 

Ces mots d'Amour bercent les nuages.

Je crois que le monde devrait pouvoir s'aimer.

Il n'en est rien : des gens préfèrent nous ignorer.

Liberté et fraternité ne sont que mirages....

 

Le bonheur, lui, parcourt toutes les ruelles.

Pour moi, il est le plus grand des boulevards.

Je l'ai dit : les rumeurs changeront de trottoir.

Elles ne chasseront pas l'azur de notre ciel....

 

Les mots d'Amour couvrent le monde.

Tous mes "je t'aime" te resteront fidèles.

Ce torrent de baisers fera revenir le soleil.

Mon tendre Amour, mes caresses te bordent....

 

Jacques 

Écrit le 17 Décembre 2010

 

MA VOLONTÉ DE T'AIMER

Je voudrais tant voir chanter ma plume.

Personne ne restera sur le banc de touche.

Une couturière pourrait y faire une retouche.

Les quatre saisons épouseront nos coutumes....

 

Que se taisent les canons et les chars !

Les coréens vibrent au son de la guerre.

Je crois comprendre les mots de leur prière.

Les chants d'empathie s'élèveront à leur égard....

 

Les montagnes se vêtiront d'une belle robe.

Pour elles, les étoiles formeront une couronne.

La joie sera présente, car nos coeurs rayonnent.

Le vent ignorera qu'il fait vibrer notre globe....

 

Je m'accroche à toi, mon bel Amour.

Les oiseaux joueront comme des gosses.

N'oublions jamais les voeux de nos noces.

Même si l'hiver fait son grand retour....

 

Découvres les strophes opportunes.

Je te livre ainsi la passion de mon âme.

Vois-tu l'indifférence qui, elle, se pavane ?

Et les pianos n'en seront pas taciturnes....

 

Sur un doux nuage, je me suis réveillé.

Pourrions-nous un jour danser le flamenco ?

Notre bonheur est en accord avec ces mots.

Jamais ne fera naufrage ma volonté de t'aimer....

 

Je voulais simplement voir chanter ma plume.

Du vent, les arbres en ont peur pour leurs souches.

Seul un artiste peintre pourrait y rajouter sa touche.

Et de certitude, l'hiver en mouillera nos costumes....

 

Jacques 

Écrit le 01 Décembre 2010

 

LE FLAMENCO DU VENT

 

La tristesse n'est pas un nid douillet.

Un froid hivernal se pointe à l'horizon.

Les politiciens ont perdu leur diapason. 

Seul l'amour se doit de nous émerveiller....

 

Les arbres se mettent à danser.

Les nuages le font aussi à l'occasion.

Les clivages font naître des émulations.

La raison du vent ne pourra être contrariée....

 

Mon Amour, je te cherche dans mes nuits.

Comme tu le sais, le bonheur se vit à l'unisson.

De nos larmes est née la rivière des pardons.

Mais l'hiver reprend ses droits sans faire de bruit....

 

Entends-tu la douceur de la mélancolie ?

Même les montagnes nous verront grandir.

Le flamenco du vent voudra nous séduire. 

Noël approchant, tous les rêves nous sont permis....

 

Mon Trésor, j'aime te savoir heureux.

Redécouvres avec moi la danse des arbres.

Tu verras comme le soleil détruira les sabres.

Désormais l'amour préservera son ciel prestigieux....

 

Sur le mont du silence, je me baguenaude.

Rejoins-moi : j'ai besoin de sentir ta présence. 

Même la lune s'attendrit de voir nos alliances. 

Mais, hélas, me font pleurer les nouvelles du monde....

 

Ô combien j'aime la douceur de ces instants.

Mon bel Amour, apprécies cette danse des arbres.

Le flamenco du vent n'érodera jamais le marbre.

La tendresse ne peut reconnaître l'océan des tourments....

 

Jacques 

Écrit 01 Décembre 2011

 

24/03/2013

LES GARDÉNIAS

Les médias nous informent des faits qui feront la une.

Tellement concentrés sur ce qu'ils devront nous dire.

Et, négligeant, l'évènement celui-ci ne restera qu'un souvenir.

Puis se succèderont les lendemains qui pleureront la Lune.

 

Notre Lune nous rappellera les faits trop souvent oubliés.

Puisque plus sensibles scintilleront alors toutes les étoiles.

Et notre ciel céleste acceptera l'oubli éphémère et glacial.

Alors gronderont les orages pour ces faits divers trop vite émiettés.

 

De mémoire, notre planète accusera du coup les médias.

Ces médias flatteront leurs égaux. Et d'alertes naîtra le mirage.

Tremblera notre terre où compassion disparaît  sous les nuages.

Se briseront les miroirs. Et refleuriront dans nos jardins les gardénias.

 

Pour la grippe mexicaine, les ragots iront bon train.

Une épidémie où science et médecines sont dépassées.

Crainte en retour du souvenir que jadis l'empreinte a laissé.

Combien de décès sont à craindre ? Où prières gagnent du terrain.

 

Ainsi les journalistes et reporters pourront se dispenser du droit d'image.

Celui-ci, blâmé par le réalité, surpassant toute fiction que mon coeur déplore.

Toute magnanimité se gagne à l'écoute de son prochain qui ne sert de décor.

À tort classé dans les archives où on ne maîtrise son bien fondé ni son usage.

 

Jacques 

Écrit le 30 Avril 2009

 

DE MA PENSÉE

 

Mon sang est fait de bleu. 

Une pluie de pardon pour être heureux….

 

Ma plume pleure d’insomnie.

Que l’encre de mon cœur ne s’enfuit….

 

Des nuits sans lune,

Sans attendre, je lève ma plume….

 

Mes nuits sont grises.

Mon cœur est une étoile…

 

L’azur du ciel s’éternise.

Dans la nuit, je mets les voiles….

 

Comme un bateau à voile,

Je m’éloigne avec le vent….

 

Comme un rêve de nuit,

Je m’évade grâce au temps….

 

Mes nuits sont humides.

Mes yeux perlent d’ennuis….

 

Mon rêve est timide,

Mon cœur est arrosé par la pluie….

 

Perce le bleu de ma pensée,

Et je vais me perdre dans un nuage….

 

De la pluie sur ton visage,

Mon Amour, je t’invite à rêver….

 

 

Jacques

 

Écrit à Denain

le 28 Mars 1986

23/03/2013

L'HYMNE DU BONHEUR

Le soleil printanier réchauffe nos coeurs.

Les coqs n'ont pas chanté deux jours durant.

Ils ont pressenti la menace des éléments ! 

Je voudrais tant humer le parfum des fleurs....

 

Ô combien notre beau ciel bleu est fiable.

Les raisons du coeur acceptent le bonheur.

Les champs sont labourés par les agriculteurs.

Leurs récoltes auront le don d'être appréciables....

 

Les montagnes admireront les vallées.

Les saisons en seront plus qu'heureuses.

Notre belle lune blanche restera audacieuse.

Sur un nuage, je me lâcherai pour t'aimer....

 

Puisse la paix recouvrir notre monde !

Les fleurs se dresseront en toute splendeur.

Les éléments s'expriment pour chasser la peur.

Et me surprend un tonnerre inattendu qui gronde....

 

Notre ciel s'inquiétera de voir la misère.

Les vérités seront parfois remises en cause.

Sur notre terre poussera de soyeuses roses.

Leurs épines ont compris bien des mystères....

 

Mon bel Amour, je te confie ces mots.

Mes sentiments coulent dans nos veines.

Je te dois tout. Tant en savourent les semaines.

Ensemble pourrions-nous écouter du piano !

 

Le ciel embrasse les notes en douceur.

Jamais les coqs ne comprendront le solfège.

Leur chant est réapparu. Le ciel nous protège.

Dans notre lilas souffle l'hymne du bonheur....

 

Jacques

Écrit le 23 Avril 2010

 

LES CHAGRINS CONTAGIEUX

Avec un regard si différent et, tant apprécié que les saisons m'inspirent.

Malgré la dévotion qui est mienne : j'admets ce jour toutes mes erreurs.

Bien que celles-ci, hélas, ne soient comprises par les bourreaux du Coeur.

Seul, votre mépris en est juge et, auquel je n'adhère. Pour l'heure, je respire.

 

Et je soupire devant la censure que de droit Dailymotion, à tort, s'octroie.

D'évidence, je suis aux abois et pour cause....  Le grabataire se défend.

Puisque plus souvent assis sur mon fauteuil roulant et de doute se refusant.

Oui ! le fait de rester cloué au lit me déplaît.... Le malade que je suis en est roi.

 

Le malade s'oppose : puisque harcelé de droite et de gauche, je fais appel.

Au petit réveil, lorsque la nuit me l'accorde, car souvent, sans dormir, je prie.

Plus proche de l'Eternel que cela ne peut être censuré. Et j'accuse, nonl'insomnie

Mais des cloches qui, pour certain vont déplaire et que vous demeurez dans mon ciel.

 

Le ciel Céleste qui célèbre l'éternité aux travers de ces quelques mots d'amour.

L'Amour qui se doit d'être vécu pour tous et qui se respecte comme il se devrait.

Le devoir de chacun : méditer sur celui-ci et, non le discriminer comme jamais.

Trois comas m'ont suffi et m'ont appris.... Et, il serait honteux de blâmer les toujours.

 

Les toujours en demeurent. La main dans la main, d'amour je veux vivre.

Et les mains pour se réchauffer le coeur puis-je en accepter le Bonheur !

Les lendemains se succèderont et personne n'en deviendra le profanateur.

Le besoin de vivre l'éphémère qui se meurt et s'incline de droit pour survivre.

 

Sans aucun regret s'écrivent et se gravent ces mots sur une blanche page.

La poire que je suis, est juteuse et conforme aux vendanges des fruits de l'Amour.

Les vendanges précoces de Septembre. Et pourtant, d'attentes, je pleure en retour.

Mes larmes ne sont pas à vendre. J'en reste curieux sur le plus beau visage....

 

Et, pantois, je demeure devant la censure qui ne panse aucune des mes blessures.

Et grand roi n'êtes-vous donc devenu pour juger ainsi nos sentiments et notre labeur ?

De censures ne vous étouffent car associés à ces mots : puis-je commenter le bonheur !

Et celui-ci reste de charme et, vous, pilier de la condescendance, pleurez donc la censure.

 

La censure qui n'a aucun sens au regard d'autrui ainsi qu'à mes yeux.

Meurtrissures blessent qu'au détour, nombreux seront mes amis peu soulagés.

Couvertures pour venir au secours des moqueries et rumeurs plus qu'enchantées.

Désormais, la poire ne cessera d'écrire et négligence pleurera des chagrins contagieux.

 

Jacques 

Écrit le 16 Avril 2009

L'ENFANT PLEURANT

Et je me retourne pour fuir certains regards.

Pourrais-je te confier, un beau jour, toutes mes angoisses?

Non ! la paresse n'y est pour rien et demeure dans cette paroisse.

Des mots simples, parce que mon coeur se protège des coups de poignard.

 

Une sortie nonchalante et d'ambulance, puisqu' imposé par le corps médical.

Mais loyale reste mon âme qui, pourtant, ne peut comprendre ces regards démodés.

Car de très haut, tombent les moqueries et méchancetés auxquelles ne suis-je préparé...!

A mon insu, mes yeux s'élèvent vers le Ciel. Et sortent les formules devenues machinales.

 

Ne devrais-je les détester, ces regards persécutants ? Il n'en est rien !

Ne puis-je fuir et déballer mes vérités qui se lâchent dans une salle d'attente?

Sans en soustrairent le moindre mots puisque par nature celles-ci  restent confiantes.

Mon âme cache ses larmes pour rester digne, tout en écoutant une musique me berçant au loin.

 

Évitant ainsi d'écouter les médisances, qu'hélas, je ne peux taire.

Pourtant, je suis ouvert à tous dialogues qui ne sont étrangement qu'insultes,

Incultes et méprisantes. Mais ne m'en préservent au delà du printemps qu'adulte.

Adulte par mon âge qui me rend sage : je ne suis qu'un enfant pleurant son calvaire.

 

Il est vrai que d'un ailleurs je rêve. Mais n'en serait-ce qu'un besoin dévasion?

Non : tricheur je ne suis.  Mais dialogues souvent manquent à l'appel des aux secours.

D'aimer ne suffit : il faut passer à une autre vitesse pour refaire le chemin de retour,

Se nourrir de rêveries, pour toi mon amour, pour oser te séduire et crier sans illusions.

 

Bien que règnent les Amours indécis, je me surprends toujours.

Ma main se tend depuis si longtemps que la peur vient m'étreindre.

Et de liberté privée, je retiens l'impossible qui ne peut me plaindre.

Et d'incertitude, je plonge dans l'univers inaccéssible où s'interrogent mes Amours....

 

Jacques

Écrit le 18 Avril2009

 

RENAISSE À NOUVEAU L'ESPOIR

Une simple consonne : R, pour renaître et pour accepter la reconnaissance.

Oui ! renaissance d'une vie, aussi de l'amour qui craint souvent l'infidélité.

Et pourquoi règne donc celle-ci ? Si l'espérance est l'élan d'évidentes vérités...!

Le doute accuse les efforts qui se défendent, puisqu'ils réfutent à tort et d'aisance.

 

Une parcelle de bonheur qui s'offre à nous, mais en demeure prisonnière.

Fleurs de saison : des roses. Elles sont d'or à mes yeux, et à celui qui me les a offertes.

Pleures sans raison, puisque l'espérance nous unit. Et, d'envie, police ne déserte.

Quelle est cette passerelle qui ne se prive des coups de celui devenu mon adversaire ?

 

Pourquoi devons encaisser sans broncher toutes les embûches qui entravent notre chemin ?

Pourtant, plus honnête n'existe. Quelles seront les nouvelles épreuves et en faire ainsi front ?

L'innocence a son prix, mais à quel titre ?  Puissions-nous ouvrir ce chapitre devant la raison.

Et raison plaidera en notre faveur. Où fervent un espoir est à l'attente de détruire nos chagrins.

 

L'Amour est impatient de nous voir vivre libres et, aussi, d'en ignorer les déboires.

Des-aurevoirs en subsisteront. Et combien même l'avenir se projette droit devant.

Ce devoir d'accomplir ensemble et d'en surpasser la mouvance de nos tendres élans.

Oui ! ce droit pour unir nos sentiments que nul n'en ressentira le besoin de décevoir.

 

Ne me dites plus rien. L'Amour sera notre nouveau départ..

N'écoute que tes sentiments, et ne craint jamais pour notre avenir..

Contrarier des refrains qui gouvernent notre vie et le besoin de consentir.

Nos coeurs vibrent et ne peuvent en rire là où renaît à nouveau l'espoir.

 

Jacques 

Écrit le 23 Avril 2009.

MA VOLONTÉ NE SE DÉCIME

Ne serais-je à vos yeux qu'un simple malade ou une victime ?

J'ai passé mon temps à supporter de votre incompréhension.

Et je suis dans l'obligation de me soumettre à une récréation.

Puis, je me rapprocherai des montagnes pour mieux voir les cimes.

 

Le besoin de crier est peu dire : puisque son écho ira loin, si loin.

Pas l'écho d'une cloche.... Mais le reproche qui se devrait d'être.

Pour ce faire, je confie au corps médical ces vers pour renaître.

Ressaisissez-vous ! Mais ne vous réjouissez du peu et de petits riens.

 

Les petits riens vous disent : ô combien, je veux vous dire "merde".

Merde pour votre incompétence qui grandit à chaque rendez-vous.

N'en soyez surpris. Où sage décision acquiesce tous les sales coups.

Les coups bas qui ignorent ma désolation. Et mes pleurs s'y perdent.

 

Je dois vous avouer que ce langage n'est pas une coutûme en moi.

Serait-ce un nouveau voyage que celui de sombrer ainsi dans le noir ?

Pas un crédit à votre charge où ma confiance ne jouit du fruit du hasard.

Voici ma franchise qui se voit convoitée, vous confiant mon refus et ma foi.

 

Puisque votre médecine n'en demeure plus qu'assassine.

Notre devoir se devait une mutuelle compréhension qui ne fût.

Celle-ci épuise mon âme. N'en devrais-je encaisser ainsi les abus ?

J'épuiserai les maux qui s'éternisent où ma volonté ne se décime.

 

Les cimes des montagnes en resteront plus blanches que jamais.

Surprise, mon âme n'acceptera votre négligence qui n'est que dégoût.

Le dégoût du mépris reflétant celui-ci. Où le silence n'est qu'un atout.

Un atout majeur qui se dispense d'en rajouter plus qu'il n'en faudrait.

 

Ainsi ne clamez votre victoire : puisque j'ai appris de par la maladie,

Appris que toute vie doit se vivre et se protéger en la même occasion.

Jamais ma raison n'épousera les déboires de ma vie qui part en dérision.

Si victoire existe, elle se précipitera auprès de l'Amour qui nous réunit.

 

Sur une majestueuse montagne, le soleil étincelle et l'Amour m'éblouit.

Le vent vient embrasser nos visages humides de nos yeux larmoyants.

Car nos pleurs et nos larmes deviendront un fleuve pour les innocents.

Par nos étreintes, corps et âmes, se transcendera notre Amour accompli....

 

Jacques

Écrit le 22 MAI 2009

 

LES SOUTERRAINS

Mon bel Amour, tu me manques comme jamais tu ne pourrais l'imaginer.

Je déteste tant les trains, les gares. Et le taxi qui vient pour t'arracher à moi.

Retentissent les coups de klaxon. Puis la sonnette qui me surprend chaque fois.

Nos coeurs ne peuvent s'y résoudre. Et lorsque tu pars, mes yeux n'osent te regarder....

 

Je ne fuis en rien tes regards : simplement c'est mon coeur qui pleure.

Comment pourrait-il en être autrement, mon bel Amour, puisque tu pars ?

Le contraire serait impossible à croire. Car je m'épuise à l'heure de ton départ.

Toutes retournées, nos vies ne peuvent se soustraire aux élans du bonheur....

 

La force m'abandonne. Mais en dépit, elle m'en réclame tant.

Autant en frissonnent nos joie qu'aussitôt s'installe la tristesse.

Tu sais que sans toi, je ne maîtrise rien, ni même ma paresse.

Cette faiblesse qui réside est une épreuve défiant notre Amour face au temps.

 

Mon coeur bat à un rythme des plus incertains, puisqu'il ne sait attendre.

Et, du regard, je contemple ma main sur laquelle tu y as glissé une alliance.

Pieux sont nos voeux prononcés. Les mots qui suivent sont dénués de sens.

Ils se mélangeront aux faits du jour, et il serait navrant de s'y méprendre....

 

Pour taire l'overdose médicale dont je suis la victime, et son refus.

À ta demande, j'en sécherai mes larmes, car je sais que tu m'aimes tant.

Pour te plaire, j'exécuterai tous tes souhaits et ce, le plus souvent.

Et les roses à t'offrir n'en seront fatales aux sourires des Amours convaincus....

 

Et je me surprends à attendre des trains.

Puis ce taxi qui te rapprochera de la maison.

Où nos coeurs se réconforteront à s'en perdre de raison.

Tu es loin. Et pourtant si proche que j'en creuserais des souterrains....

 

Pour ainsi venir me blottir dans tes bras, mon tendre Époux.

Et tous ces souterrains virtuels me conduiront vers toi mon Amour.

Qu'en pleurera de joie le ciel lorsque le doute s'évanouIra pour toujours.

Toi seul me touchera : jamais plus ces toubibs.... Qui sont devenus des ripoux.

 

La vie et la maladie sont loins d'être une partie de poker.

Notre Amour est fusionnel. Et je crois entendre l'arrivée de ton train.

Libres resteront les oiseaux : ils nous chanteront leur plus beau refrain.

Mais, je me dois de rétablir l'équilibre tout en ouvrant mes paupières....

 

Jacques 

Écrit le 17 Juin 2009

 

22/03/2013

LE REFRAIN DE MA BALADE

Le monde s'interroge sur la prestation du vent.

Peut-être veut-il séduire la terre et ses reliefs !

De nos interrogations, il n'en fera jamais son fief.

Et pourtant mon ouïe n'entend que son chant....

 

Les cosmonautes l'ont confirmé : la terre est ronde.

Ils furent en extase en admirant notre planète bleue.

Je peux comprendre leur joie : elle me rend heureux.

Ils ont aussi observé la lune. La chance est féconde....

 

Nos rêves sont conscients du bonheur. 

Ils nous font tant frissonner. Et je m'évade....

Je te fredonnerai le refrain de ma balade,

Et son couplet mettra du baume en nos coeurs....

 

J'ai en mémoire les blonds épis de blé.

Ils sont la récolte de la moisson des Amours....

Les oiseaux migrateurs chantent leur retour.

Resurgit même la frénésie de ma plume oubliée....

 

D'un regard complice, on se retrouve.

L'harmonie des premières fois se multipliera....

Une année faite de surprises. Je crois en toi.

L'Amour est gourmand. Avec joie, on le découvre....

 

Ce refrain fera pétiller ses notes amoureuses.

Entendrais-je le vent nous jouer de sa mandoline !

La nuit, les étoiles se réveillent : elles me fascinent.

Mon bel Amour, leurs lueurs sont si vertigineuses....

 

Mon trésor, serres-moi très fort dans tes bras.

Les astronautes ont contemplé tous les horizons.

La passion honorera toujours les fruits des saisons.

Alors, prenons soin de nous : le soleil en resplendira....

 

Jacques 

Écrit le 02 Avril 2010

 

LE LIVRE OUVERT

Je voudrais tant connaître l'étoile de notre destin.

La vie est un livre ouvert : il ne peut pas être renié.

Nous nous sommes protégés d'un orage printanier.

Mon bel Amour, quelques bulbes sont tombés en chemin....

 

Notre jardin est partout parsemé de tes empreintes.

Nos fleurs en seront plus belles et plus amoureuses.

Ô combien les ronces ont accepté ta colère fiévreuse.

Mon trésor, tu as honoré la poussée de nos jacinthes....

 

Puissions-nous un jour nous enlacer sur le sable !

Apprécions le large : il nous restera toujours un lagon.

En cette semaine Sainte perle une pluie à l'horizon.

Mon bel Amour, nous éviterons ainsi les impondérables....

 

Jadis les druides régissaient le droit des gens.

Les vicissitudes de la vie feront pleurer les miroirs.

Les miracles sont une certitude : nous devons y croire.

Mon tendre Époux, le ciel de notre avenir en dépend....

 

Le soleil reviendra pour les fêtes de Pâques.

La sobriété de ces mots éveillera notre innocence.

La lueur du ciel, la nuit acquiescera notre indulgence.

Ensemble alors, nous irons nous baigner dans un lac....

 

Mon Époux, tu vois, tes efforts porteront leurs fruits.

Je te ferai un bref discours qui, lui, te parlera d'Amour.

Les élans du nos coeurs seront une longue note d'humour.

Même notre chagrin se dissipera, telle la brume de la nuit....

 

Nous devrions reconnaître l'étoile de notre destin.

Notre vie est un livre ouvert, nous en tournerons les pages.

L'harmonie est confiante, et s'éloigneront tous les nuages.

Mon tendre Amour, plus jamais, nous ne rebrousserons chemin....

 

Jacques 

Écrit le 31 Mars 2010

 

 

RÉMINISCENCES

J'ai plongé dans le fleuve des réminiscences.

Jamais l'Amour n'implorera le chant de l'oubli.

Il ne dupe personne. Alors le ciel en sera séduit.

Mon Amour, nos sourires surprendront l'évidence....

 

L'oubli est un champ qui se laboure.

La vie est capricieuse : elle tourbillonne.

Chavireront les moqueries qui bouillonnent.

Je t'offre tous mes horizons, mon bel Amour....

 

Offrir le meilleur de soi est le plus beau cadeau.

Parler à haute voix, jamais se refermer, telle une huître.

Nous avons bien compris le message venant des épîtres.

Pour le monde entier chanteront tous les oiseaux....

 

Les montagnes s'élèveront toujours vers la lumière.

De leurs cimes nous entendrons l'hymne de la liberté.

Elle est l'ouverture de l'esprit. Et respireront les opprimés.

Alors le soleil resplendira pour faire barrage aux frontières....

 

Les nuages se dissipent pour découvrir un ciel serein.

Puis-je te promettre que l'oubli ne sera plus d'actualité ?

Régneront mes certitudes qui t'expriment ainsi ma volonté.

Même les mirages et nos rêves consumeront notre chagrin....

 

Les océans se calmeront pour longtemps.

Leurs vagues emporteront au loin les galets.

Sous leur emprise, je te ferai part de mes projets.

T'aimer est ma priorité. Au large s'éloigneront les vents....

 

L'oubli pourra pleurer : je ne saurais le consoler.

Vagues seront mes réminiscences. Et brille le soleil.

Le souvenir d'une douche m'a surpris en plein sommeil.

Dieu, jamais ne s'éteigne cette lumière : je l'ai tant sollicitée....

 

Peux-tu comprendre tout ce que je ressens ?

Ma passion ne pourra pas devenir une étrangère.

Je t'ai suivi dans l'ombre pour y voir la lumière.

Mon Trésor, mes larmes charmeront tous nos élans....

 

Jacques 

Écrit le 25 Mars 2010

 

LE PRINTEMPS

Tu es venu combler ma vie, tel un éclair.

Notre parcours a surpassé toutes les embûches.

Nous apprécions le miel emplissant les ruches.

Les abeilles honorent leur reine et la lumière....

 

Elles ont un privilège : leur suc sert de vaccin.

Comme elles, chantons ensemble la venue du printemps....

Il proclamera pour nous tout l'amour que l'on ressent.

Mon Époux, jamais nous ne nous égarerons en chemin....

 

Pourquoi es-tu parti en croisade mon trésor ?

Les réminiscences réveilleront toujours le passé....

En cette heure, il nous faudrait toutes les ignorer.

Elles ne trouveront pas leur place dans un mirador....

 

Nos veines ne contourneront aucune haie.

Maman t'a dit : "Soyez et vivez heureux tous les deux".

Une confidence qui ne s'embrasera pas : c'est son voeu.

Nos coeurs devront préserver ce merveilleux souhait....

 

Tu as même entendu un trot de chevaux.

Mon bel Amour, vois-tu, je t'en avais tant parlé.

L'harmonie est de confiance : je veux tout partager.

Ici tu redécouvres, ému, le chant des oiseaux....

 

Mon Amour, les nuages sont parfois insolites.

Notre bonheur ne sera jamais un espace clos.

Nos amis nous apprécient. Comme cela est beau.

Et nous resterons en admiration devant Aphrodite....

 

Je te mettrai toujours sur un piedestal.

Plus dociles en seront ainsi les saisons.

Puisses-tu découvrir toutes mes horizons !

Viens, mon Amour, je t'emmènerai près des étoiles....

 

Notre jardin est recouvert de jolies fleurs.

Nous y resterons la vie entière, mon élégant Roi.

Sur cet évidence, nous apprendrons dans la joie

Cette éloquence confiante qui résidera en nos coeurs.

 

Jacques 

Écrit le 23Mars 2010

 

PRENDS MES DEUX MAINS

Mes regards devinent un ciel peu ensoleillé.

Je sors un instant pour y respirer son air pur.

Tous les oiseaux gazouillent : ils me rassurent. 

Enfin arrive le printemps. Et les fleurs vont pousser....

 

Les paons pourront courtiser leur promise.

Leur plumage colorié est une somptueuse robe....

Je connais leur chant joyeux qu'il lance à l'aube.

Et de la saison des mamours s'élèvera notre franchise....

 

Mon Amour, viens avec moi : très loin, je t'emmène.

Ne pourrions-nous pas nous embrasser sur un ponton ?

Je voudrais tant que tu puisses découvrir mes horizons.

Et tu reconnaîtras mes passions : elles nous entraînent....

 

La lune aime les océans qui accueillent les vents.

Et se retire la mer laissant derrière elle un lagon

Sur lequel, je t'apprendrai à nager en une leçon.

Alors, prends mes deux mains, et vas de l'avant....

 

Nous éprouverons toujours ce besoin d'évasion.

Nous ne resterons pas enfermés sous un chapiteau.

Mon bel Amour, nous naviguons sur le même bateau.

Et persisteront nos rêves qui s'éprennent d'illusions....

 

En dépit du vent, je prends un bol d'oxygène.

Je devais protéger les fleurs que tu m'as offertes.

Rassures-toi, mon trésor, mon âme reste ouverte.

Et se brisera la chaîne afin que tournoient les manèges....

 

Un coup de fusil retentit : se monte ma révolte.

Je défie l'ignorance et la cruauté des chasseurs.

La forêt recouverte d'arbres adore les voyageurs.

Alors chanteront les oiseaux surveillant notre récolte....

 

Elle sera faite de fruits tendres et bien mûrs.

Les lys et les iris se préserveront des mauvaises herbes.

Pour toi, mon Amour, je multiplierai les mots et les verbes.

Et tu es mon unique diamant, mon ouverture....

 

Jacques 

Écrit le 12 Mars 2010

 

 

 

LA COLÈRE DU VENT

Les tempêtes se sont montrées farouches.

Elles feront demain la une de tous les journaux.

Les victimes en deviendront-elles des héros ?

Les arbres ont souffert, comme leurs souches....

 

L'heure est aux statistiques. Nous les déplorons.

Pourquoi les lieux sensibles ne furent-ils pas évacués ?

La vie de nombreux innocents aurait pu être épargnée.

Les vents se sont exprimés. Jamais nous ne l'oublierons....

 

Les éléments nous lancent quelques défis.

Les océans accusent la violence des vents.

Les fleurs guériront-elles au regard du temps ?

Alors parlera l'ignorance : deviendrait-elle un délit ?

 

Devons-nous craindre la colère des vents ?

Les nuages se disperseront après son passage.

Il faudrait poser la question aux fleurs sauvages !

Notre terre a besoin de ses éléments avec leurs talents....

 

Toutes ces images se bousculent dans ma tête.

Jamais notre bonheur n'acceptera de voir des ruines.

Mon bel Amour, cela a commencé par une petite bruine. 

Le vent prenant de l'ampleur a soufflé sur notre planète....

 

Pourtant toutes les saisons me fascinent.

Il ne faut jamais contrarier les lois de la nature.

Il serait naïf et inutile d'y construire une armure.

Ma raison basculera, là où les erreurs se dandinent....

 

Voici que je pose mes interrogations du jour.

Mon trésor, tu me connais mieux à présent.

Ta convalescence se termine. Et tu seras absent. 

Hélas, nos sorties furent contrariées, mon bel Amour....

 

Les réflexions se feront toujours après coup.

On pourrait y reconstruire un tout autre monde....

Les abeilles pourront me piquer si tu me grondes....

Mon Amour, nous avons toute la vie devant nous.

 

Jacques 

Écrit le 02 Mars 2010

 

LE FIEF DE NOS CONFIDENCES

Ton épreuve chirurgicale fût un franc succès.

Le pire est écarté : il aurait pu contrarier nos certitudes. 

Alors tu pourras comprendre toutes mes inquiétudes.

Puissions-nous dans notre vie réaliser nos projets....

 

Mon bel Amour, sans toi, je ne peux vivre.

Sur cet élan généreux ma joie est immense.

Nos frayeurs et nos craintes, je les balance.

Notre bonheur chemine : nous devons le suivre....

 

À ton réveil, tes premiers mots furent pour moi.

Sans même le savoir, tes yeux ont pleuré d'émotion.

Je n'étais pas à tes côtés et ce pour d'autres raisons.

Nous étions tous deux si loins de notre orée du bois.... 

 

Mon bel Amour, nos coeurs vibrent comme jamais.

N'as-tu pas l'impression de vivre sous les cocotiers ?

Découvrons ensemble notre île semée d'arbres frutiers.

Alors les océans se confieront au ciel. J'en rêvais....

 

Dans notre jardin s'épanouiront toutes les fleurs.

Tu as choisi le blanc et le bleu pour nos hortensias.

Telle la couleur du soleil, jaunes seront les forsythias.

Alors les étoiles feront une promesse à nos coeurs....

 

Sur le relief des vallées naîtront les sources.

Restes auprès de moi pour ta convalescence.

DeviendraIt-elle ce jour le fief de nos confidences ?

Et nous contemplerons la sagesse de la Grand'Ourse....

 

Nous ne sommes pas prêts d'oublier cet hiver.

Il me semble long, mon trésor. Tu ne trouves pas ?

Oui, ma merveille à moi, l'hiver traîne son pas.

Viens te blottir contre moi. Demain sera loin d'hier....

 

Pourtant commence à fondre la neige.

Elle laisse place à la pluie et au vent.

Nos coeurs chanteront l'arrivée du printemps.

Avec aisance, le bonheur nous protège....

 

Jacques 

Écrit le 26 février 2010

 

TISSER UNE TOILE

Nos sentiments ont su tisser une toile.

Elle nous protégera de tout, mon Amour.

Jamais la confusion n'en fera son faubourg.

Amoureusement furent baptisées les étoiles....

 

Les montagnes dominent et admirent les océans.

Sans leur présence, elles auraient le vertige des précipices.

Sans eux, notre planète déplorerait-elle tous les sacrifices ?

Alors, ils embellissent tous les rivages des continents.

 

Nos veines ont dû souffrir un convoiement majeur. 

Mon Amour, elles furent contrariées au même moment.

J'aime te sentir à mes cotés, cela n'est pas surprenant.

Viens dans mes bras, mon trésor, et s'évacuera ta douleur....

 

Jadis les étoiles servaient de repère.

Orion est le prénom de l'une d'entr'elles.

Vénus illumine le ciel qui devient une aquarelle....

Pour l'éternité, mon Amour, tu seras mon univers.

 

Ta convalescence portera ses fruits.

Combien l'an dernier nous étions éloignés.

Le temps perdu, nous avons su le rattraper.

Depuis, le bonheur nous chante ses mélodies....

 

Mon bel Amour, il fait très froid dehors.

Serres-toi, tout contre moi. Viens te réchauffer.

Notre maison et ses alentours sont enneigés.

L'hiver est rigoureux : il semble prendre de l'essor....

 

Une année s'est écoulée. Elle fût cruciale.

Mon Epoux, tu es le plus galant des Valentins....

Les amoureux pourront remplir leurs écrins.

Alors nos coeurs unis entretiendront cette immense toile....

 

Jacques

Écrit le 12 Février 2010

LA VILLE OU JE SUIS NÉ

....

 

denain emblème.gif

 

La ville où je suis né fût jadis un monastère.

Une source Sainte y a jailli, et je ne l'ai pas su.

Elle aurait, selon les dires, des vertus pour la vue !

Je vais en boire l'eau, et mes craintes pourront se taire....

 

Cette ville a vécu de vertigineuses histoires.

On pourrait en lire des pages dans une encyclopédie.

Par ailleurs, je ne trouverai jamais le début de son récit.

Évoquer le Maréchal Villars qui y remporta une victoire !

 Denain le Maréchal villars.jpg

 Je serais loin de toute vérité digne de ce nom.

Les chanoinesses ont su cultiver les potagers.

Une abbaye protégeait les paysans, puis les ouvriers.

Le temps passe, mais il a pu conserver leurs sillons....

denain usine cail.jpg

  Traduire des faits dont j'ignorais leur existence ?

Les événements ne manquèrent point dans le Denaisis.

Mon coeur s'épuise, tant il s'essouffle devant la frénésie.

Ô mon bel Amour, la subir, serait-ce le fruit d'une expérience ?

 denain usinor.jpg

 

La lumière demeurera toujours généreuse.

Les étoiles charmeront les océans et les amours.

Le soleil à son zénith réchauffera les carrefours.

La terre et la lune deviendront ainsi ambitieuses....

-Denain_-_Fontaine_Sainte-Renfroye.JPG

 

 La source de Sainte Remfroye a fait naître des miracles.

Une histoire peut en cacher une autre où s'érigent les calvaires.

Nous devrions rompre avec le silence qui dénonce les mystères....

Combien même la vie et la foi nous épargneraient des obstacles.

 

Jacques 

Écrit le 02 Février 2010

 
Ma ville natale est "Denain"
.... 

BESOIN D'ÉVASION

Je sors un court instant pour me rafraîchir les idées.

Depuis, une intense lumière est venue me caresser le visage.

Le soleil se serait-il caché sous un amas de nuages ?

Certains faits m'ont tant troublé que je cherche à m'évader....

 

Le sommeil n'est pas au rendez-vous.

Comment pourrait-il se montrer galant ?

Je pleure, comme je le faisais étant enfant.

Une plaie voudrait se refermer. Mais tout reste flou....

 

La pluie ne devrait-elle pas tomber à même le sol ?

J'entends le bruit de ses notes qui tintent avec joie.

La chance ne pourrait-elle pas s'abriter sous notre toit ?

Mon bel Amour, je voudrais tant pleurer sur tes épaules !

 

Je ne deviendrai jamais un fardeau, mon trésor.

Les tatouages en nos coeurs se graveront pour la vie.

Notre courage ne cultivera jamais les fleurs de l'ennui.

Les oiseaux en apesanteur feront notre réconfort.

 

Les marées resteront fidèles aux océans.

Au large se déverseront ainsi tous les fleuves.

Nous traverserons ensemble toutes les épreuves.

Calmes-toi, mon bel Amour, l'heure n'est pas au néant....

 

La lune encouragera ce besoin d'évasion.

Les montagnes admireront les riches vallées.

Alors les étoiles célestes dessineront notre destinée.

Les souvenirs appartiendront au passé bercé d'illusions....

 

Notre avenir se profile à l'horizon.

Les amours se confient souvent au ciel.

Nos alliances refléteront la chaleur du soleil.

Il y aura toujours des sauvetages en toutes saisons....

 

Jacques 

Écrit le 29 Janvier 2010

 

SÉISME

Les erreurs du passé devraient instruire le présent.

Le progrès ne pourrait-il pas éviter les catastrophes ?

Les scientifiques pourront se protéger de tout reproche.

La terre souffre, tels en témoignent leurs instruments....

 

L'état d'alerte était sous leurs yeux.

Les sismologues auraient-ils craint l'urgence !

Je ne veux jamais plus sentir vibrer la violence.

Le séisme fût horrible, cela est trop affreux.

 

Les victimes ont vécu dans la torpeur.

Que reste-t'il en ce moment sur l'île d'Haïti ?

Un champ de ruines où furent étouffés les cris.

Cette tragédie marquera à jamais nos coeurs.

 

Ne voudrais-je cependant me tromper ?

Pourtant ces faits ressemblent à un crime.

Aucune prophétie en gagnera son estime.

Pourquoi l'état d'urgence fût-il ignoré ?

 

La peur de semer la panique ?

Le pire aurait-il pu être épargné ?

Les secours soigneront les rescapés.

Les répliques se sont succédées avec logique....

 

Les satellites furent créés pour la surveillance.

Quel pays aura le mérite de tout reconstruire là bas ?

La vie aurait-elle un prix ? Et se tendront bien des bras.

Alors le temps y fera jaillir une source de jouvence....

 

La beauté retrouvera ce paradis du soleil.

Le monde entier ébloui ouvrira ses paupières.

Les fleurs pourront alors répondre à nos prières.

Et les larmes savoureront à nouveau le goût du miel....

 

Jacques

Écrit le 26 Janvier 2010

 

SERAIT-CE UN SIGNE

Le mensonge est une claque que l'on se prend en pleine face.

Il est aussi fait de vénéneuses griffes : elles s'agrippent à nous.

Pourquoi celui-ci est-il si dangereux, puisque tout devient flou ?

Je ne déguste ce fruit qui me ronge et qui en devient une menace....

 

Ne comptez jamais sur moi pour taire ce qui doit être dit.

La vie est semée d'obstacles : elle est un redoutable manège.

Sur toutes les plaines tomberont alors les flocons de neige.

Ma vérité gravira les montagnes : elle me donne le tournis....

 

La génétique a parlé. Elle voulait tant se confier.

Jamais ces mots ne déverseront un soupçon de poison.

Je dénigrerai tous les pièges pour sortir de cette prison.

Tragique destin qui, lui, ne peut que me pétrifier.

 

Une tourmente peu négligeable, puisque son issue sera fatale.

J'ai beau hurler, rien n'y fera. La maladie n'est pas un concours.

La courtoisie sera de lui offrir le meilleur et sourire aux amours.

Mon âme est vaillante. Elle fuira les curiosités occidentales....

 

L'espoir demeurera toujours dans notre ciel bleu.

La joie chantera lorsque tu me serreras dans tes bras.

Le vent décimera alors cette peur qui me met dans l'embarras.

Dès lors notre dévotion illuminera ce monde peu scrupuleux....

 

Avoir une seconde chance me paraît n'être qu'un concept.

Un oiseau s'est posé sur mon épaule : il m'a fait sursauter.

Je l'ai pris dans la main afin de lui rendre sa propre liberté.

Serait-ce un signe ? Je ne peux le savoir. Mais je l'accepte.... 

 

Mon bel Amour, ainsi s'expriment mes sentiments.

Le boulevard des amoureux trouvera sa terre d'asile.

Notre bonheur, lui, s'est construit. Il s'exclut des exils.

Le paradis n'est pas qu'une illusion qui pleurerait le châtiment....

 

Jacques

Le 11 Décembre 2009

 

LES LARMES DE L’HISTOIRE

 

Mon sang est bleu. 

Les oiseaux chantent leur joie.

Un berger m’offre du bois.

Les gens du Nord ne peuvent éteindre leur feu….

 

Les criminels s’entre-tuent.  

Les secrets d’État sont bien préservés.

Le ciel du jour est désenchanté.

Hélas, les larmes de l’histoire furent méconnues….

 

Le soleil pleure avec moi.  

Maman, tu es la femme de ma vie. 

Le destin ne pleure d’ennui.

Mon Amour, les fleurs ne défient les lois….

 

La peur devient absurde.   

Plus ça saigne plus le monde aime ça.

Cela est la cause de mes tracas.

Je ne veux connaître le mystère des Bermudes….

 

Les océans chantent l’éternité.  

Des jeunes ont sacrifié leur adolescence.

Les fleurs flirtent avec la chance.

C’est là que le temps a décidé de briser son sablier….

 

L’azur du ciel me sourit.  

La négligence n’attend qu’un simple déclic.

Que s’épanche ma soif de logique !

Les larmes de l’histoire n’ont jamais inspiré le mépris…

 

Des gens se font la grimace.  

Mon Amour, l’aquarelle du temps est belle.

Contes-moi les moissons du sommeil.

Qu’aux confins de l’univers, l’histoire nous embrasse !

 

Jacques

 

20/03/2013

FAUSSES NOTES

Mon bel Amour, je dois livrer une ultime bataille.

J'ai frappé aux portes intimes qui m'étaient ouvertes.

Celles-ci se sont refermées sans comprendre cette alerte.

Ma volonté a fait un long parcours. Scintille alors une étoile....

 

Mon médecin référent doit jouer le rôle d'arbitre.

Il me plait à croire qu'une issue pourrait voir le jour.

J'ignore de quoi sera fait demain, mon tendre Amour.

La confiance est sereine pour ouvrir un nouveau chapitre.

 

Une revanche envers laquelle je ne veux adhérer.

Avant toute chose, prenez soin d'accorder vos violons.

Les querelles épuisent mon âme qui en reçoit le pardon.

Sur ces fausses notes, jamais nous ne pourrons danser....

 

L'altruisme de certains toubibs restera irréversible.

Celui-ci récuse mes certitudes en ciblant l'homophobie.

Il faut que les propos tenus déplorent l'ignorance de la vie.

Les montagnes et leurs sources jamais ne seront nuisibles.... 

 

Séisme en nos coeurs qui se refusent à tout abandon.

Tous ces mots accepteront la bienveillance de certains.

Le florilège des sentiments sera le plus triste des refrains.

La sagesse s'acquiert avec le temps qui passe. Et la raison.

 

Pourquoi l'humour n'épouse-t'il pas notre façon d'aimer ?

La vie est un vertigineux manège : il est stimulant, mon Amour.

Le délice des désirs est un immense besoin : il honore les toujours.

Pourquoi devrions-nous sourire, ou pleurer, face aux dangers ?

 

Mon tendre Époux, je crois en toi et je te suis fidèle.

Les saisons embellissent tous les horizons de lumière.

Les oiseaux migrateurs reviendront : ils peuvent en être fiers.

Le souffle du vent persistera dans la joie qui, elle, se veut éternelle....

 

Ô ! Mais ne pourrions-nous danser sur une javanaise ?

Le ciel acquiescera notre vérité dans toute sa splendeur.

Suivons tous deux ensemble le chemin sinueux du bonheur..

Mon bel Amour, puissent les scientifiques protéger les falaises ?

 

Jacques 

Écrit 19 Novembre 2009

 

L'HUMOUR SE PLEURE

Ai-je tort ou le droit de me confier ainsi à mes amis ? 

Mes confidences se voient exploser en éclats de rire.

Votre humour me contrarie. Il est certain que je ne peux applaudir.

L'humour est une arme redoutable : telle je la ressens aujourd'hui.

 

Ce bel humour pour certains est un besoin pour soulager leur angoisse.

Pour moi, il est bien triste d'en arriver à ce stade où l'exploration demeure.

Exploration blessante où je n'ignore en rien de ce qu'en souffrent nos coeurs.

Et le pardon est digne puisqu'il s'en réfère au chant d'un corbeau qui croasse.

 

La nature est bercée par les chants des oiseaux qui se respectent.

Aussi pure qu'une eau de source qu'on peut boire sans aucune crainte.

Et lacunes ne vous honorent puisqu''elles sont dérisoires et ne sont saintes.

L'humour se pleure. Mais d'Amour, je t'acclame : mes mots sont honnêtes....

 

Démonstratives et majestueuses, les montagnes s'élèvent toujours vers le ciel.

Et tentatives ne vous blessent si le champagne ne pétille sous les lamentations.

Je pleure comme un enfant. Où les lendemains s'inclinent devant votre compassion.

Prisonnières sont mes raisons de vivre pour voir les saisons, là où réside le soleil.

 

Non ! Florent : je ne vis dans l'humour car le déséspoir m'a frappé.

Et je reste pantois sur ces mots, car mon destin est pesant de chagrin.

Puis frappe à nos portes : le respect accuse mes chants et ces refrains.

Tu m'as rappelé à l'ordre : alors je déposerai tous mes regrets à tes pieds.

 

Lâcheté et plaisanteries sont constamment en désaccord.

Là où cruauté perce à l'horizon mais est en perte d'altitude.

Et la spontanéité des mots se grave sans s'accrocher aux habitudes.

Pourtant celles-ci s'imprègnent là où se déchirent attitudes et réconfort.

 

Et rébellion contre toutes les citations faisant éloge en référence à l'humour.

Je reconnais qu'un sourire serait audacieux sous la dite faiblesse de nos larmes.

Bien qu'elles soient incomprises et pleines de noblesse. J'en resterai sous leur charme.

Puisque sourire est parfois plus aisé. Alors j'irai pleurer auprès de toi, mon bel Amour.

 

Jacques 

Écrit le 15 Mai 2009

 

MON GRAND AMOUR

Le Ciel nous offrira le meilleur, mon grand Amour.

En retour se dessineront de nouvelles aquarelles.

Sur lesquelles nous pourrions y voir nos merveilles.

Et je t'attendrai pour te confier mes lacunes du jour....

 

Ô combien seront heureux les crépuscules.

Et les attentes se noueront par nos alliances.

Où de petits riens font obstacle tout en silence.

Dans cet ailleurs les fleurs se dandinent et se bousculent.

 

Les aurores seront arrosées par la bruine et sa fraîcheur.

Où se conjuguent les "je t'adore" par nos élans et nos câlins.

Sous un soleil de plomb sécheront nos pleurs et nos chagrins.

Et nous y construirons un château-fort avec un sable enchanteur.

 

Auprès de toi, mon Amour, je veux tout redécouvrir.

Et se montrent les mots dociles que nos coeurs attendent.

Pour le meilleur des mondes seront fertiles toutes nos offrandes.

Les blés sont blonds. Écoutons le fruit du silence qui a tant à nous offrir....

 

Grondent les orages fébriles qui regarde le fruit de ce silence.

Où le tonnerre voyage et frappe fort. Là où l'indifférence meurtrit l'oubli.

Celui-ci veut avérer nos sentiments où nos prières s'enlisent et ne s'enfuient.

Ce monde est illusoire. Où vérité se déguise tout en blâmant les négligences.

 

Et je resterai toujours auprès de toi mon bel Amour.

Nos étreintes nous rapprochent là où naît notre passion.

Lucides sont nos coeurs qui se dispensent de toute friction.

Car notre Amour n'épouse la fiction, criant ainsi son ultime recours.

 

Jacques 

Écrit le 27 Mai 2009

 

SUR LE FRONT DU RÉALISME

Mon Dieu, à Toi, je m'adresse pour te rendre la clé du désespoir.

Ce désespoir a enrichi mon coeur, ma vie, et celle de mon bel Amour.

Oui ! Ces mots sont pour toi, mon Dieu tout puissant pour le grand jour.

Puisque le pardon a coulé dans nos veines. Et puisse-t'il apprendre de l'Espoir ?

 

Heureux seront nos coeurs : si Dieu nous accorde un peu de son temps.

Pétilleront nos yeux que la beauté du ciel en sera parsemée de chariots d'étoiles.

La Lune se montrera plus généreuse, puisque cette journée demeurera cruciale.

Sur notre table seront bénies nos alliances que rien n'emportera, ni même le vent.

 

Toi et moi, nous avons tant pleuré notre passé dévastateur.

Oui ! Mon Amour, je veux t'épouser sans rien négliger pour autant.

La négligence n'obtient le droit d'asile : ces mots vont épouser le temps.

Le temps se surpasse. Et nos coeurs fébriles devancent, et attendent le Bonheur....

 

Les larmes de joie en perlent de ce Bonheur qui nous est encore inconnu.

Pourtant son charme nous émeut sans compromettre nos larmes versées.

Le désespoir pleure sans prendre la fuite : puisque nous lui rendons ces clés.

Non ! Les clés nous les remettrons entre les mains de Dieu et ce dans l'absolu.

 

L'émotion est suivi des surprises qui furent à leurs paroxysmes.

Pourquoi devrons-nous attendre plus longtemps, mon bel Amour ?

Rien ne se maîtrise : si l'Amour est l'élan de nos larmes appelant au secours.

Ces secours ne séduisent en rien nos âmes se surprenant au front du réalisme.

 

Ce réalisme me semble si imparfait. Mais qu'importe !

Et ne se prive notre harmonieux Amour en quête des vérités.

N'oublions pas les refrains privilégiés que nos coeurs veulent épouser..

Le bonheur ne veut l'absentéisme des sentiments et  s'en réconfortent.

 

Par ailleurs, apprenons la définition du mot : Bonheur.

Courte récréation pour défendre cette maladie des yeux si effrayante.

Devant Dieu, je te déclarerai ma flamme : ô combien époustouflante.

Toi, mon Amour, tu seras pour la vie ma vérité qui elle ne craint pas les lueurs....

 

Jacques 

Le 09 Juin 2009

 

RÉCONFORTER LES LENDEMAINS

Et je t'aime à en décompter les heures qui nous séparent.

Les silences s'installent sans ignorer le chant des oiseaux.

Le vent s'élance en caressant mon coeur, tels les roseaux.

Dignement tombent les feuilles dont les saisons s'emparent.

 

Jamais n'aurais-je cru pouvoir t'aimer autant...!

N'en serait-ce une esquisse que le Bonheur veut m'offrir ?

Que neige en surprendra cet hiver, ne refoulant nos désirs..

Et nous multiplierons les " Avrils " de nos coeurs ne s'épuisant....

 

Devant toi, mon Amour, je m'incline en te serrant les mains.

Et je prends ta main pour honorer tout l'Amour que nous éprouvons.

Avec nos alliances, nous scellerons celui-ci en célébrant notre union.

Et nos confidences ont eu patience de réconforter les lendemains....

 

Pour le meilleur des avenirs : longtemps je t'aimerai, mon époux.

Nous ne devrons craindre le pire, puisque perlent nos promesses.

Que ce parfum ne s'évapore pas : son empreinte sera de braises.

Et l'espoir nous unit pour la vie sans prétendre qu'il en sera jaloux....

 

En ton Amour, je crois.

Nos larmes ont su se comprendre..

Et prières ont appris et peuvent nous défendre.

Pas l'once d'une hargne, puisque lumières feront lois.....

 

Jacques 

Écrit le 11 Juin 2009