Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/07/2014

MES PROFONDS ÉMOIS

 

 

Mon silence est à l’attente du hasard.

Quel secret détiendrait-il devant l’absence

Qui avait meurtrit mon cœur peu bavard ?

Lâche prétention que de semer la fleur de l’ignorance.

 

Le refus de vivre comme un animal

Abandonné par ses maîtres, par ailleurs saches

Que si mes larmes ont cultivé le fruit du mal,

Il naît bien plus loin un bonheur qui, lui, se fâche….

 

Dès l’aube, il me faut rompre ce silence,

Car le rêve est un réel besoin et j’y ai recours.

Et une nuit confiante m’apporte à son tour,

La prétentieuse âme fatale que raffine l’espérance….

 

Il n’est nul enfer à vivre que celui

Affligé par le désarroi qui abîme la ferveur du rêve,

Ce n’est rien d’autre que le désespoir que fuit

L’infortune amour éphémère impatient d’une trêve….

 

Que si l’amour me blesse dans mes profonds émois,

Je n’implorerai pas la mort pour issu, j’échapperai au destin

Pour mieux panser mes plaies. Seul je défierai le malin

Et m’offrirai l’ultime raison prêchant l’accomplissement de soi.

 

Écrit à Valenciennes

Après une rupture de

Septembre 90

Le 22 Septembre 1991

 

Jacques

 

 

 

 

Commentaires

sans avoir vu la dernière phrase, je me disais
çà sent la rupture ce texte
bien écrit une fois de plus

gros bisous,,,,,,bonne nuit

Écrit par : Christiane | 02/07/2014

Les commentaires sont fermés.