Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/06/2014

MUSICIEN IGNORÉ

 

 

Mon Amour, je mémorise tes sourires.

J’entends des oiseaux qui me donnent leurs conseils.

Me séduit la Lumière qui rend grâce au Soleil.

Je veux que ma maladie ne puisse plus jamais se réjouir….

 

Le courage est un musicien ignoré. 

Rassurants, les rêves de l’univers se chantent.

Je crois que des colombes sont présentes.

Elles ne veulent plus voir mon âme déstabilisée….

 

J’écoute chanter les couleurs du ciel.  

Les brûlures de mes douleurs me mettent aux abois.

Je sais bien que la morphine me les calmera.

Et les docteurs savent que mon sang est épais tel le miel.

 

Je sais, la vie vaut le coup d’être vécue.   

Quelques souvenirs sont gravés dans ma mémoire.

L’azur du temps, lui, se montre aussi bavard.

Mais pourquoi mon âme fut-elle mise à nu à mon insu ?

 

J’écoute chanter les fleurs.  

À mes yeux, l’incompréhension reste insultante.

La maladie se montre toujours exubérante.

Mais, involontairement, de sa présence, je prends peur….

 

Ô mon Amour, vois combien je suis tien. 

Vois comme la lumière de ton cœur me protège.

Hélas, les obstacles de la vie sont des pièges.

Saches bien que ta tendresse me comble au quotidien….

 

Tu es ma Terre sentimentale. 

M’émouvants, j’ai bien mémorisé tes sourires.

Ce musicien ignoré veut m’applaudir.

Mon bel Homme, de notre Amour s’érige une cathédrale….

 

Jacques

 

 

 

Commentaires

très beau encore et tellement de souffrance dans ton texte
je souhaite que très bientôt je puisse lire un poème qui me dira
maintenant mes douleurs ont disparus, je peux revivre comme tout le monde,
ce sera un jour extraordinaire et ce jour là, je remercierai ste Rita une fois de plus

courage et bonne fin de week-end à vous deux
bisous

Écrit par : Christiane | 09/06/2014

MOI AUSSI JE TROUVE LE POEME TRES EXPLICITE DE CE QUE TU DOIS RESSENTIR EN CE MOMENT ... QUE PUIS-JE TE DIRE, JACQUES ... SINON QUE TU ES DANS MES PRIERES ... JE VOUS EMBRASSE TOUR LES DEUX.

Écrit par : Guy | 11/06/2014

Les commentaires sont fermés.