Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/05/2014

AU CŒUR DES ÉTOILES

 

 

Un orage se pointe.  

Je veux que la lumière vienne me réveiller.

La douleur ne veut point me lâcher.

Je pense que les roses écouteront mes plaintes….

 

Mon Amour, j’ai cru mourir. 

En silence, j’ai passé mes nuits à te parler.

Au cœur des étoiles, je t’ai cherché.

Sache que seul l’azur de tes pensées peut me sourire….

 

Je ne vis que pour t’aimer. 

Lis en mon cœur qui est encore abasourdi.

Nos sentiments ont sagement mûri.

Et tu as vu mes larmes qui perlaient avec humilité….

 

Amoureusement, je chante. 

Du chant des roses s’en attendrit notre planète.

Chut ! Ma souffrance doit rester muette. 

Je voudrais tant que la lumière redevienne souriante….

 

Mon cœur doit se confier.  

Que Dieu Puisse panser les plaies du monde.

J’écoute le destin qui, lui, me gronde.

Tu avais compris que la maladie m’avait déjà mutilé….

 

Le ciel comprend mes paroles.   

Je reviens après deux profondes anesthésies.

Ma douleur ne reconnaît point l’ironie.

Ô mon Amour, je ressens ta lumière qui me frôle….

 

Le temps se doit de refleurir.  

En silence, j’ai passé mes nuits à te chercher.

Au cœur des étoiles, je t’ai enfin retrouvé.

Mon Amour, seul l’azur de tes sourires pourra me guérir….

 

Jacques

 

 

 

Commentaires

comme toujours très prenant ton texte
on ressent fortement ta souffrance
la vie ne t'épargne rien non plus je vois
mais avec l'amour de ton compagnon, tu abats
les montagnes
Saches que je vous aime beaucoup tous les deux
et que je vous souhaite plein d'amour durant de
longues décennies encore

christiane

Écrit par : Christiane | 23/05/2014

MALGRE TON ENORME SOUFFRANCE TU NE VEUX RESTER DISCRET C EST TOUT A TON

HONNEUR

TU ES VRAIMENT TRES COURAGEUX .....

LA VIE T ENVOIE DE NOMBREUSES EPREUVES


...
COMME LE DIT CHRISTIANE CE TEXTE EST TRES PRENANT ...BRAVO

Écrit par : sylvie | 25/05/2014

Les commentaires sont fermés.