09/02/2014

LES MOTS SEREINS

 

 

Le vent ne se maîtrise.   

Mes problèmes restent sans issue.

Hélas, mon âme fut mise à nu.

Au grand large de la tendresse, je poétise….

 

Mon âme chante la paix.      

Je crois que les aveux sont des perles de pluie.

Mais les frissons du désespoir, je les fuis.

Je ne veux plus écouter ma détresse qui me déplaît….

 

Chante alors le vent.  

Docteurs, vous ne m’avez jamais écouté.

Et pourtant, je viens vous saluer.

Je sais que l’estime de soi se retrouve avec le temps….

 

Vous ont parlé mes yeux.  

D’ailleurs, vous n’écoutez que votre orgueil.

Chut ! La lune me fait un clin d’œil.

Désormais, la paix que j’implore fera des heureux….

 

Le vent cherche à se maîtriser.  

Ô mon Amour, à jamais, oublions leur jargon.

Écoutons plutôt fleurir les bourgeons.

Laisses ainsi venir le temps qui est fait pour s’aimer….

 

Je sais, la chance ne se maîtrise.   

Mon Amour, la maladie ne nous privera de rien.

Le Soleil me dit adorer ces mots sereins.

Et c’est au grand large de ta tendresse que je poétise….

 

Jacques

 

 

 

 

Les commentaires sont fermés.