Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/02/2014

UNE LARME SOUS NOS PAUPIÈRES

....

 

Maman, je t'en dirai pas assez pour taire tes douleurs.

Elles demeureront une ennemie dont on se passerait bien.

Que se taisent nos souffrances qui font notre quotidien.

J'éprouve tant de peine. Et le vent chantera tout en douceur....

 

Sans toi, Maman, je n'aurais pas vu le jour.

Je ne veux pas que la force du courage t'abandonne.

C'est toi qui m'a fait devenir ce petit homme,

L'oubli peut pleurer, mais il est un champ qui se laboure....

 

Je voudrais tant fuir cette réalité.

Les fleurs sont un cadeau : elles sont si belles.

Le brouillard se dissipe. Et confiant sera l'azur ciel.

Notre famille a toujours ignoré notre complicité.

 

Je n'ai hélas pas fréquenté de grandes écoles.

Je ne regrette rien, puisque la vie en enseigne davantage.

Les étoiles témoignent lorsque la lune rejette les chantages.

Elles nous servent de guide, elles veillent sur les pôles.

 

Je ne voulais que tu saches ce qui me tombe dessus.

La tristesse ressemble à une blessure, laisses faire le temps.

Tant que je vois encore un peu, j'écouterai les sons du vent.

Perle une larme sous nos paupières, elle ne sera jamais déçue....

 

Toi, petite soeur, tu dois t'occuper de tout.

L'amour t'a blessé, mais ton coeur est grand ouvert.

Tu mérites une médaille : elle te sera nécessaire.

Fragile petite soeur, observes le bonheur autour de nous.

 

J'affiche à mon Époux un sourire en cet instant précis.

Mon coeur s'emballe, tant tu me manques, mon bel Amour

Toi, l'homme qui embellit ma vie, fais fuir les vautours.

Ces mots sont dénués de sens. Le silence défiera les interdits....

 

Mes vérités fleuriront à la lumière du jour.

Ma volonté prend grand plaisir à humer les aurores.

Les menaces et les préjugés bavardent à tort.

Je ressens le besoin de grandir auprès de toi, mon bel amour....

 

Écrit le vendredi 20 Novembre 2009

 

Jacques

....

 

Les commentaires sont fermés.