02/04/2013

L’HYMNE DE LA FRATERNITÉ

 

Le vent est taciturne. 

Les océans m’offrent leur fraîcheur. 

Un sourire a une réelle valeur. 

Un ange ne s’abstient à me prêter sa plume…. 

 

La passion épouse la vie.

Me perturbe ô combien ma sensibilité. 

Maman, ton départ m’a déstabilisé. 

Je me dois de noyer mon chagrin dans mes écrits…. 

 

La lumière savoure nos échanges. 

L'humour doit avoir sa place dans nos cœurs. 

La désillusion peut profaner le bonheur.

Je me fraie un passage pour voir le village des anges....

 

Le deuil a causé des ravages.

Mon bel Amour, mon ciel sont tes yeux. 

Je déteste le chant des adieux. 

Dieu sera blessé de voir autant de naufrages….  

 

L’amour m’invite à chanter la vie. 

La passion qui m’étreint n’est dangereuse. 

L’envie d’aimer deviendra majestueuse.

La terre et la lune n’entretiennent la fleur du mépris….

 

Ma peur se dissipe, telle la brume.

Le millésime des aveux restera d’actualité.

Mais le ciel peut s’émouvoir de liberté. 

Le temps doit préserver l’inspiration de ma plume…. 

 

Cet ange adore l’azur de nos vérités. 

Me caresse le vent qui aime lire nos émotions. 

Ô mon Amour, nous nargue la prohibition.    

La terre et la lune danseront sur l’hymne de la fraternité….

 

Jacques

 

 

 

Les commentaires sont fermés.