Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/03/2013

LOIN DE FABLE

Voir plus loin, voir plus haut ce jour : je pense à autre chose.

Vois comme je pleure en cet instant, vois comme j'ai peur.

Hallucination : j'ai le vertige dans mes élans où je demeure

La plus pénitente des larves vivant sa pleine métamorphose....

 

Brûlent dans ce souvenir ma colère et ma raison : je ne voulais dépendre.

Aurais-je pu me réfugier derrière le songe ? Rien n'y fait. Pleurant ou riant,

La lumière vient vers celui où, de son vécu, l'on soupçonnait être ignorant.

Depuis, je bénis ce monde abrupt, d'un rien, ne cherchant à s'en défendre....

 

Une absence, une déraison, un grain de folie, justifient toutes mes brûlures

Ainsi jetées dans les flammes. Mon âme déplore ces heures trop silencieuses.

Mais les frissons du pardon l'emportent. Ils ébranlent ces vagues si anxieuses.

Loin de fable, mais magique lorsqu'une éclipse me couvrit de sa couverture....

 

Je reste un homme blessé au coeur d'enfant, ainsi de retour.

Plus de gants pour me toucher. Du bonheur ! Je veux pleurer.

Élégance et vertu puissent, dans son élan, me retenir, si je dois tomber.

Une rose dans mon jardin et fontaine ruisselante, pointent sans velours....

 

Quartier de lune à la lueur délivrant mes peines, aurores et brume en ces soirées monotones.

Mon coeur est rempli d'Amour à offrir en partage.... Et mes meurtrissures trahies ne vous en déplaisent.

Si de larmes est ma vie, combien vos armes portent mes cicatrices. M'y suis-je perdu recouvert de glaise ?

Du son réfonds, mon âme épuisée a su retrouver sens et charme dans mes prières. Je suis fier d'être un homme....

 

Que dignité me gouverne sous l'étoffe de mon handicap. Désormais l'espoir ne m'abandonne.

La victoire est un chant de louange où croix de guerre se couronne et se meurt, là où tout s'oublie.

Mais d'Amour, on peut aussi en mourir. Ne vous en étonne, car de sang les glaives ont tout compris.

Pleurant ainsi la forêt du courage, ils se souviennent de la comète. Pourtant je ne suis qu'un petit d'homme....

 

 

Jacques 

Écrit le 21 Octobre 2006

 

Les commentaires sont fermés.