Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/03/2013

LE REQUIEM DE NOS SOUFFRANCES

Dehors il fait froid mon amour, d'autant plus froid : celui persistant en mon coeur.

J'ai beau hurler mais personne n'entend..... Et tu ne voues la moindre compassion.

Vais-je crier plus fort.... Enfin cette fois puis-je en prétendre sans aucune hésitation.

Et, ainsi chanter le requiem de nos souffrances pour s'exiler et fuir tous ces prédateurs....

 

Tu manques de charme auprès de moi.  Mon coeur pleure la moisson où de lourdes tristesses,

S'évertuent à me convaincre dans mes pensées : elles ne t'ont retrouvé qu'avec de minces excuses.

Car avec toi tout devient prohibition. Où même aimer., et vivre., se perdent dans l'oubli et t'accusent.

Où bien des nuages se cachent sous les orages grondissant, car de fruits manquèrent tes promesses....

 

Comment veux-tu que j'aille de l'avant si tu te braques, d'où cette absence de dialogue ?

Pourtant tu es un grand bavard.  Je peux tout comprendre : seulement tu t'enfuis stressé.

Comprends que mon coeur est un buvard car mes yeux de rivière vont encore bien déverser.

Ton amour paresseux ne m'offre que lacune en héritage..., un pauvre et un amer monologue.

 

Il est vrai que la maladie t'effraie. Alors regardes-moi bien dans les yeux : ainsi pourrais-je te dire

Pourquoi m'as-tu enfermé dans cette maison et viens-tu comme bon te semble et puis, derrière plus rien ?

Seul pour espérer, menant même à me faire croire à l'impossible dont nul n'est tenu, et je me souviens.

Un jour m'as-tu dit : Que Dieu puisse te venir en aide.... Depuis ces mots hantent mon coeur à le meurtrir....

 

Silence et solitude vont de pair et n'ai-je, en retour, qu'un coeur lourd de chagrin.

Et ne demandant toujours qu'à t'aimer..., et le besoin de partager..., un repas copieux.

Guère de caprices, mais d'une urgence absolue..voudrais-je aussi m'évader..., trop anxieux,

Je ne renonce, mais de flocons de neige se nourrit mon coeur : ainsi nait ce requiem en refrain....

 

Que les anges nous pardonnent.... Ma main posée sur ton coeur, dis-tu : elle est froide, je le sais.

Et des fleurs se souviennent.... Ce cortège est recouvert de neige.  Je connais aussi et je le peux.

Des silences meurtriers tu regrettes.... Des pleurs...., tu puises dans ma fontaine mais je ne t'en veux..

Des Astres naissent : l'essentiel est un céleste concert. Cela est majestueux..., je m'en assure et partagerai....

 

Et toujours cet éternel refrain pour ce requiem qui pleure.

Dans le ciel des amours conquis qui s'épuisent.

Pour un jour attendre et croire son petit bonheur.

Couloir sans issue de secours : tel ce requiem qui s'éternise....

 

Jacques CORBEHEM

LE 10 Octobre 2006 

 

Les commentaires sont fermés.