Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/03/2013

L'OISEAU BLESSÉ

Voici l'oiseau qui se doit de témoigner de toutes les exclusions.

Je défends la cause oubliée devant votre incompréhension.

Combien j'accuse que, caché derrière la valise diplomatique,

Sont commis des crimes odieux, soucieux de toute politique....

 

La politique de l'autruche qui sème et s'exerce sur son parcours. L'incertitude au travers

De toutes atteintes aux libertés, aux moeurs, qui s'octroient un service des plus pernicieux.

Quelle audace vous acclame ! Vous êtes devenus, de loin, l'ange que j'implorais !.. Soucieux....

Que seule votre insolence approuve le danger plongé devant nous en ces heures de colère....

 

La diplomatie qui se cache derrière ces êtres qui s'accomplissent  n'auront jamais pour seul refuge.

Un comportement soupçonnable, et combien soudoyant. Que de mensonges : j'en déplore le grand déluge....

Combien d'assassinats commis au nom d'une religion qui se déploie, que je soupçonne ? Depuis, je crie....

Aucun innocent ne meure, ni ne souffre. Et qu'aucun de vos serments ne peuvent vous servir d'abri.

 

Depuis, je vois le ciel s'obscurcir de nuages :  j'accuse tout acte terroriste

De vouloir détruire un avenir appauvri et compromis. Celui qui, pour tout témoin, moissonne le seuil

De sa terre en jachère, semé la graine de nos espérances abattues par ces odieux artistes

Se prétendant plus forts de nous voir périr, et n'ayant pour regrets de n'emporter  que leur orgueil....

 

Si dans la lumière je vous soupçonne, sous l'emprise de votre coté obscur, de vouloir tout vous approprier,

Vous voir clamer dans le silence pour soulager la diplomatie, qui n'est pour moi qu'une moitié d'hypocrisie,

Cachée derrière ces longs discours sont des mots calculés, provocateurs et sournois. Je me dois de crier :

À l'imposture. Je ne pourrai ignorer ces sons étranglés, de peur d'y découvrir noirceur et l'ignominie....

 

Voici l'oiseau sur sa branche, venu chanter, pour accuser et blâmer les violences,

Le refrain de l'indifférence qui gronde, comme l'orage qui, soudain, lui brûla les ailes....

Il chante que ni la Bible, ni même le Coran, ne se prêtent à louer le refrain de ces turbulences.

Caché derrière politesse et élégance l'homme, surpris, se doit de jeter toutes ces précieuses perles.

 

Jacques 

Écrit le 26 Août 2006.


mille excuses pour mes erreurs d'orthographe. 

Elles ne détruisent en rien l'âme de mon texte.

 

Les commentaires sont fermés.