Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/03/2013

QUE LE DÉSIR NAISSE

 

La douleur épouse ma Passion : celle qui pleure un manque d'Amour.

Pour le meilleur, j'en suis convaincu et avec raison, je m'en persuade.

Encore des nuages font obstacle en cette occasion et que la folie dissuade,

Afin de prendre du recul. Obtuses sont les Saisons qui me soupçonnent toujours....

 

Pourtant, cette année, elles se sont montrées bien plus que capricieuses.

Je connais le désarroi de celles-ci et le mien aussi. A quoi dois-je m'attendre ?

La Terre pleure sous l'emprise de la colère des Vents qui peuvent comprendre.

Et moi, dans tout cela, vers qui, ou vers quoi, dois-je confier mes envies audacieuses ?...

 

Oui, je pleure aussi pour assumer ma passion envers la vie et son indépendance.

Et puis-je défendre les sentiments que j'éprouve envers ce Monde qui, imparfait,

Hélas, je le sais ! Mais j'en fais parti intègre et le patrimoine dont je fais l'objet,

Lui, ne s'envolera pas en fumée. Car poussière je suis et on y dérobera mon innocence....

 

La douleur a perdu ma confiance, il y a bien longtemps, mais la passion reste.

La sueur perle sur mon front car je pars à l'encontre de la vie, et la maladie aussi.

La douleur se montre plus persévérante et mon corps endure, secourant ainsi ma vie.

Puis mon coeur se rebelle à choisir entre deux voies, sans se laisser un peu de leste.

 

Turbulences en mon coeur qui dérive et, vivre les séismes de ce coeur et s'en soustraire.

Car la méfiance critiquant la cause du cynisme plus cruel dans lequel, je n'y ai ma place.

Et pourtant, le mutisme m'y conduit tout droit. Sous peine d'y trouver un repère, voir une trace,

La chute est certaine et là je me surprends dans le vertige qui m'ébranle, évitant ainsi à te déplaire....

 

Puisse ainsi le Ciel me conduire vers le meilleur des mondes, et m'en construire un paradis.

Voir l'horizon sous un nouvel angle et puisse t-il, dans son élan mélancolique, m'en défendre ?...

Car les saisons tourbillonnent, traînent et je plaide sans rêver : rien ne pourrait-être plus tendre.

A mes risques et périls, nul n'est contraint : ni soupçon, ni peur qui ne sont de mises. Alors, je prie....

 

Que le Vent souffle à tout va et que je puisse y hisser mes voiles.

Retrouver la toile qui, autrefois, m'avait permis d'aller plus loin.

Un point, un lieu où le retour était une ressource, un besoin cruciale

Permettant aux rêves de se situer en rapport à cette étoile et y prendre soin....

 

Que viennent les beaux nuages pour m'attendrir.

Qu'ils déversent pluies et torrents de tendresse

Sur mon visage pour fuir en amont ma tristesse.

Car les astres se montrent confiants et, pour sagesse,

Outre les orages passés et menaçants, le soleil m'admire..

 

Que l'amour, la foi soientt et demeurent en nos coeurs.

Et que le respect soit en accord avec autrui....

Que le désir naisse et qu'apparaisse avec lui 

Le bonheur s'exprime afin que la joie essuie nos pleurs....

 

Jacques 

Écrit le 15 Novembre 2008.

 

Les commentaires sont fermés.