Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/03/2013

LA VIE NE S’ÉTONNE

 

Si la paresse venait se recueillir en moi,

Je n’aurai, dès lors, plus de regrets à avoir.

Si le bonheur m’oublie bien malgré moi,

Ce serait une issue fatale de vouloir y croire….

 

Si tu m’effaces pour en aimer un autre,

La raison ne me retient pour t’en empêcher.

Si je souffre que ma douleur te rencontre

Près des berges de la peine que tu t’es épargnées….

 

Je resterai silencieux malgré l’envie

De t’apprendre le naufrage qui m’a détruit.

Ma vie fût ô combien belle auprès de toi.

La vérité pourrait alors se retourner contre-toi….

 

Je ne peux vivre, ni me réjouir sans t’aimer.

Laisses-moi vibrer de te savoir aussi heureux.

Que la vie puisse te pardonner d’être odieux.

Je crie l’empreinte du silence que tu y as laissée….

 

Que si j’en pleure jamais la vie ne s’étonne.

En retour, je n’en attendais et je n’en prétendais rien.

Peut-être ne suis-je qu’un enfant qu’on soupçonne

D’être resté innocent à la folie qui dérange à tort les siens….

 

Jacques CORBEHEM

 

Écrit à Valenciennes


Le 09 Mai 1991

Les commentaires sont fermés.