07/02/2013

L'ODYSSÉE DES MOTS

La vie est un réel mystère.

Je voudrais fuir l’indifférence des docteurs.

L’indulgence poétise avec mon cœur.

Je crois qu’a sonné l’heure de faire l’inventaire….

 

Mon champ de vision se réduit.

Je veux que les parfums de fleurs m'enivrent.

L’évasion fera de moi un homme libre.

Mais de désespoir tombe le brouillard qui me nuit….

 

Dans les abîmes, je sombre.

Le soleil doit se pointer pour me secourir.

Du bonheur, j'en construis mon empire.

Mon Amour, ô combien je veux vivre sans encombres….

 

Je songe au meilleur des avenirs.

Je réprouve le dédain des ophtalmologues.

Que les musiciens me jouent de l’orgue !

Mais de mes yeux endoloris, je ne peux m’en réjouir….

 

L'odyssée des mots m’est pénible.

Je sais que les oiseaux viendront boire mes larmes.

Que plus jamais ne s’égare mon âme !

Dieu, dites-moi que l’amour et la foi sont invincibles….

 

Maman, tu m’as donné la vie.

Le mal de vivre n'a vraiment rien de féérique.

Que s'épanche ma soif de logique !

Au printemps de la lumière, la chance me sourit….

 

Mon Amour, je poétise avec le ciel.

Les docteurs ne voient qu’en moi un imbécile.

La brume se dissipant, tu y verras notre île.

Que le soleil s'attendrisse lors de nos ébats charnels !

 

Jacques CORBEHEM

Les commentaires sont fermés.