07/02/2013

L'AMOUR, LA ROSE

Se meurt après une longue saison

La passion que j'éprouvais pour une fleur....

Que jamais l'épreuve du temps ne pourra effacer....

 

Une fleur cacha ses épines

Qui, sous de soyeux pétales,

Écorchait ma main qui s'apprêtait à la cueillir....

 

Mes yeux déversait du poison.

Car la haine venait meurtrir mon coeur

Qui lui cherchait en vain à se venger....

 

Je devais découvrir alors l'étamine

De cette rose au destin fatal

Mélangeant à son pollen mon sang qui finit par la recouvrir....

 

Puis séchée par le soleil

La corolle souillée de cette rose

Fût emportée par le vent....

 

De furtifs regards cruels

Me firent regretter l'éclat de cette rose

Qui étendue sur le sol, offrait un spectacle peu exaltant.

 

Jacques CORBEHEM

Denain, le 18 Janvier 1987

 

Les commentaires sont fermés.